الحقوق محفوظة لأصحابها

رمضان 1434

»

قصة الأندلس

»

20 - المرابطون


عمرو خالد
في الحلقة العشرين من برنامج (قصة الأندلس) نتحدث عن سقوط طليطلة التي كان سقوطها بأيدي المسلمين قبل أن يكون بأيدي الأسبان. أجل بسبب تهاون المسلمين واختلاف أمراء الطوائف وتخاذلهم عن نجدة طليطلة، لكن لظهور دولة المرابطين تغيير في المعادلة، وفي هذه الحلقة سنتعرف نتعرف على المرابطين وعلى أسباب ظهورهم.

----------------------------------

حلقة اليوم من برنامج قصة الأندلس سنتعرف من خلالها على كيف تم بناء الحضارة فى الأندلس وكيف استمدت منظومة العلوم من فكرة الإسلام المركزية حتى ظهرت الحضارة فى الأندلس في شتى المجالات. وسنتعرف أيضاً داخل الحلقة على مجموعة من أشهر علماء الدين في الدولة العامرية وسيرتهم الذاتية.

---------------------------

The Story of Andalusia

Dr. Amr Khaled

Ep 16

This episode gives a hint on the Islamic scholars in Andalusia. The common traits of those scholars are

addressing the priorities of the Muslim nation and establishing a state of coexistence and unity with the rest of the society.

Ibnul-Fardi

Ibnull-Fardi lived in a period of religious extremism. He managed to establish a state of coexistence in Andalusia through refuting the extremists' claims. For example, he refuted their claim of disallowing Christians to have leading positions in the Islamic society. He allowed nominating Christians for high-level positions in the country, congratulating them in their religious feasts and celebrations, and sharing food with them.

Ibn-Rushd (Averroes)

Ibn-Rushd was a judge, a senior religious scholar, and an international philosopher. He solved the debate regrading the discrepancy between revelation and reason. Simply put, he stated that revelation is a light, and reason is a light, so they are complementary. If one finds a discrepancy, then the problem is in one's own interpretation of the religious text. His translations of Aristotle's philosophy spread in Europe.

Ibn-Hazm and Imam Shatibi Ibn-Hazm was the codifier of az-Zaheri school of Islamic thought (sticking to the manifest (zaher) or apparent meaning of expressions in the Qur'an and the Sunnah). On the other hand, rather than sticking to the manifest, Imam Shatibi searched for the aims behind the Islamic laws in Qur’an and Sunnah (the Prophet’s tradition). They both gave an example of coexistence and renovation of religious discourse.

Ibnul-Waleed al-Baji

Ibnul-Waleed al-Baji was the first to speak about the general and the detailed rules of Qur’an. His thought was derived from the ayah1 that can be translated as, " A book whose ayat (i.e., verses, signs) are set clear; thereafter expounded from very close to (Or: close to the Grace of) One Ever-Wise, Ever-Cognizant" (TMQ2, 11:1). He traveled all around Andalusia spreading his thought in an attempt to unite the people of Andalusia. He tried to teach people that unity in Islam is a general rule, "And adhere firmly to the Rope (i.e. the Covenant of Allah=the Qur’an) of Allah, altogether, and do not be disunited" (TMQ, 3:103) whose details are stated in the holy Qur’an, "… And obey Allah and His Messenger, and do not contend together, (and) so you would be disheartened and your vigor goes away". (TMQ, 8: 46)

Imam Tartushi

Imam Tartushi was a famous Muslim jurist. He was the first in Islamic history to differentiate between Asceticism, as a religious thought, and negligence.

Ibnul-Arabi

Ibnul-Arabi was a judge and scholar of Maliki juristic school of thought. He wrote a book about the sedition between Ali Ibn-Abu-Taleb and Mu'awiyah Ibn-Abu-Sufyan (RA)3 to negate the rumors going about it at his age.

Ibn-Abdul-Barr Ibn-Abdul-Barr was a famous Sunni Maliki Islamic Scholar. Finding that people at his age were relatively indifferent about the last ten days of Ramadan, He was the first to write a book about the Night of Determination.

Ibn-Wafed

Ibn-Wafed shed light on women's status is Islam. He clarified that women joined public work in the Islamic society, such as Rufaidah who was the first Muslim female physician and al-Shifa' Bint-Abdullah who was responsible for observing proper conduct in the marketplace during the reign of Omar Ibnul-Khattab (RA). Influenced by his teachings, governors of Andalusia appointed women high positions, such as chaplaincy writers. In addition, Ibn-Wafed wrote on pharmacology and Prophetic medicine. His writings were so famous that the Queen of Denmark depended on his books as a reference for healthy nutrition.

Translated by: The English Convoy – Dar al-Tarjama

AmrKhaled.net © جميع حقوق النشر محفوظة

This Article may be published and duplicated freely for private purposes, as long as the original source is mentioned. For all other purposes you need to obtain the prior written approval of the website administration. For info: management@daraltarjama.com

__________________________________________________ ________________________

1 A verse in the Qur'an

2 TMQ=Translation of the Meaning of the Qur'an. This translation is for the realized meaning, so far, of the stated (Surah:Ayah) of the Qur'an. Reading the translated meaning of the Qur'an can never replace reading it in Arabic, the language in which it was revealed.

3 Radya Allah anhu/anha [May Allah be pleased with them]

---------------------

Histoire de l'Andalousie

Episode 16 : Les Ulémas andalous

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux; Louange à Allah Seigneur de l'Univers ; et que la Bénédiction et la Paix soient accordées à notre maître, le Messager d’Allah (bpsl).

Je me trouve aujourd'hui à Grenade et précisément en face du palais de l'Alhambra pour vous parler des ulémas andalous. En fait lorsque nous évoquons la splendeur et l'éclat de l'Andalousie on croit à tort que la religion n'occupait que peu de place or la plupart des ulémas andalous étaient les plus innovateurs parmi les ulémas du monde islamique. Leur apport contribua sans aucun doute à enrichir la pensée islamique. Cette distinction pourrait être dû à la diversité de l'Andalousie, ou que leur vision était plus large. Cela peut s'expliquer également par le fait qu'ils ont coexisté avec les chrétiens et les juifs, ou par la présence de certains conflits entre musulmans et entre arabes ce qui les amena à étudier et faire des recherches sur les questions prioritaires de la nation.

Ce dernier point s'avère crucial étant donné que le rôle du théologien n'est pas d'autoriser ou d'interdire mais l'un de ses plus grands rôles consiste à étudier ce qui profite au présent de la nation, ses priorités et ce dont elle a besoin. A-t-elle besoin de production et de travail? Il sera du devoir du savant de concentrer son discours du vendredi et ses leçons sur l'importance de la production et du travail; si la nation est sur le point de se diviser, il est de son devoir d'adresser un discours sur l'unité de la nation, d'insuffler l'espoir pour lutter contre l'inaction et l'esprit de défaitisme. En fait, les ulémas andalous jouèrent ce rôle à la perfection, et si je vais vous parler de certains d'entre eux ce n'est pas seulement pour vous raconter leurs histoires mais pour étudier leurs pensées et afin de les prendre comme modèle.

Ibn Al-Faradi

Ibn Al-Faradi vécut en Andalousie à une époque où s'activèrent les fanatiques qui refusaient même la présence des chrétiens en Andalousie ; ils refusaient de reconnaitre l'autre! Hélas, certains comprennent ainsi la religion et interprètent les textes religieux selon des fondements qui appuient leurs propres thèses. De ce fait, ils se référaient à tout texte qui dit qu'Allah désavoue les infidèles pour prohiber tout ce qui a rapport aux chrétiens au point d'interdire la coexistence entre musulmans et chrétiens une fois pour toutes! C'est au cours de cette période que parut Ibn Al-Faradi, lequel possédait une capacité extraordinaire de maintenir un équilibre merveilleux entre la coexistence et le Jihad dans le sentier d'Allah. Il s'opposa à ces fanatiques considérant son devoir de leur expliquer que le fondement du désaveu (al-bara'a) ne concerne que la foi et qu'ils confondaient entre la foi et la vie quotidienne laquelle nécessite naturellement la coexistence avec l'autre.

Le désaveu concerne la foi à laquelle on ne peut renoncer, {A vous votre religion, et à moi ma religion}(109:60), mais pour gérer les conduites et les rapports quotidiens, il faut considérer un verset différent ; {Et nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers}(21:107). Tel est le vrai message de l'Islam. Ibn Al-Faradi exhortait les fanatiques de son temps à séparer le cercle de la doctrine du cercle de la coexistence. Il réussit par sa pensée à laquelle Allah l'a guidée à résoudre le problème qui existait à cette époque.

Il commença à émettre des avis juridiques démontrant que la coexistence est un des fondements de l'Islam. Il autorisa aux chrétiens d'occuper les hautes fonctions de l'état. Cependant cet avis fut dénoncé par les ulémas ayant des avis fanatiques, il leur rappela alors que le Messager d'Allah (bpsl) lors de son immigration à Médine fut accompagné par un guide incroyant; Abd Allah ibn Mereqat, c'est-à-dire que le Prophète (bpsl) accorda sa confiance à un polythéiste. Dans ce cas, comment voulez-vous que les chrétiens n'aient pas le droit d'occuper les fonctions de l'état. Il alla même jusqu'à émettre une fatwa qui permet de féliciter les chrétiens lors de leur fêtes. Aussi, il leur offrait des gâteaux et des pâtisseries qu'il préparait lui-même ce qui ne manqua pas de susciter la colère des fanatiques qui dénoncèrent ses actes, mais il leur répondait en disant que le Coran renferme des versets qui permettent d'épouser une chrétienne, cela ne signifie-t-il pas que leurs oncles et grands-parents seront chrétiens? Ne s'ensuit-il pas que les enfants les aimeront ? Le plus naturel alors c'est qu'ils vont se féliciter les uns les autres pendant leur fêtes respectives. Ibn Al-Faradi organisait des banquets auxquels il invitait ses relations de chrétiens dans une tentative de renforcer ses liens avec eux. Lorsqu'on lui demandait pourquoi il agissait de la sorte, il répondait en récitant le verset coranique suivant: {Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise}(5:5).

En promulguant ces idées au sujet de la coexistence Ibn Al-Fardhi sauva l'Andalousie de la réclusion. Malgré cela quand la guerre eut lieu entre l'Andalousie et le royaume de Léon, il fut parmi les combattants dans le sentier d'Allah et mourut en martyr. En fait, il avait invoqué Dieu devant la Kaaba lui demandant de lui accorder le martyre. Mais comme tous les êtres humains, il craignait la mort. Lors de son agonie il se mit -comme pour se rassurer- à répéter le hadith du Prophète(bpsl) "Toute blessure reçue au service d'Allah sera, le jour de la Résurrection, telle qu'elle avait été portée à l'origine; sa couleur sera celle du sang et son odeur, celle du musc". Son martyr fut un message pour les fanatiques que la coexistence ne signifie point le renoncement à la religion ou au Jihad.

Ibn Rushd (Averroès)

Grand cadi, juriste et théologien, il est l'un des philosophes les plus réputés du moyen âge au niveau du monde entier. Il réussit à résoudre un problème auquel se heurtent de nombreuses personnes jusqu'à nos jours, à savoir la question de la révélation et de la raison, le texte coranique et son interprétation selon la raison.

Cette problématique existe toujours, certains trouvent que le texte coranique est suffisant par lui-même, tandis que d'autres pensent qu'il faut se fier à la raison étant donné que c'est un don d'Allah et se demandent comment peut-on ne pas s'en servir ? Ibn Rushd raisonnait ainsi :" La raison est lumière, la révélation est lumière, et la lumière ne peut se heurter à la lumière, la lumière n'engendre point les ténèbres, et si la révélation et la raison sont toutes les deux lumières, elles sont donc complémentaires. Ils lui ont demandé s'il y avait un différend entre le texte du Coran et la raison, il répondit: "Si vous comprenez le texte incorrectement, ou si votre raison divague dans la mauvaise direction, l'obscurité vient de votre compréhension et votre interprétation.

Parmi les réalisations les plus importantes du grand philosophe Ibn Rushd, le fait qu'il assembla les philosophies et les écrits du philosophe Aristote les traduisant et les interprétant, grâce à lui donc l'Europe a pu connaitre Aristote.

Ibn Hazm et l'Imam Ach-chatibi:

Ces deux savants étaient remarquables, car bien qu'adeptes de deux doctrines totalement différentes, il n'y a eu aucun désaccord entre eux sur le plan humain. Ibn Hazm naquit à Cordoue, il se rattache à l'école zâhirite selon laquelle il faut comprendre les textes du Livre dans leur sens apparent sans discuter. L'imam Ach-Chatibi, originaire de Chatiba, sa doctrine se fondait sur la nécessité de connaitre les finalités de la Charia, le sens caché du texte et la raison de sa révélation. Sa méthode consiste à chercher le pourquoi en affirmant que le Coran renferme une réponse au pourquoi de chaque texte, à l'exemple du verset que voici: {Ô les croyants! On vous a prescrit aṣ-Ṣiyām comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous…} (2:183) Pourquoi ? Quel en est le but? Le reste du verset démontre le but du jeun {ainsi atteindrez-vous la piété} (2:183).

l'ImamEch-Chatebi résumait les buts de la Charia dans la sauvegarde de :

1- La vie ;

2- La raison ;

3- Les biens ;

4- L'honneur ;

5- La religion.

Dire que tous les versets coraniques recherchent et visent ces finalités fut une nouvelle idée en ce temps-là. Personne avant Ibn Hazm n'adopta le zahirisme, et personne d'autre avant Ach-Chatibi n'évoqua le principe des finalités de la Charia (al-Maqassed), le terme même n'était pas courant avant Ach-Chatebi.

De ces deux éminents savants, nous apprenons le sens de la coexistence, et la valeur du respect des différents points de vue sans que cela n'affecte les bonnes relations. En fait, malgré la différence évidente entre leurs pensées et leurs doctrines, ils ont gardé de bonnes relations entre eux, tandis qu'actuellement leurs adeptes se querellent et s'opposent. Il est bon de savoir qu' IbnHazm adopta la doctrine du zahirisme parce qu'il trouva que les gens étaient dissipés et interprétaient la religion selon leurs propres intérêts. L’imam Ach-Chatibi quant à lui, adopta sa doctrine quand il trouva que les raisons s'étaient pétrifiés, et ne comprenaient plus le sens du texte, il soutint alors le principe des finalités de la charia.

Abu Al-Walid Al-Baji

Il est le premier à trouver que le Coran renferme des règles générales et d'autres détaillées, ce qui signifie qu'il y a une règle générale suivi de détails qui l'explique. Cet avis surprit son entourage qui lisait le Coran selon une perspective différente. Il se référa aux versets coraniques pour leur expliquer cette nouvelle perspective: {Alif, Lām, Rā. C’est un Livre dont les versets ont été fermement rédigés} (11:1) tel est la règle générale, puis vient la suite du verset : {puis développés, vient du Sage, de l'Instruit.} (11:1). Il compila tous les versets qui apportent une règle générale et ceux qui les détaillent pour apporter une solution aux conflits qui régnaient à son époque.

Un autre exemple sur la règle générale suivie par des explications se trouve dans ce verset ; {Et ton Seigneur a décrété: «N’adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère…} (17:23) après cette règle générale viennent ensuite les détails {si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi …}(17:23), puis les détails qui résument le bon comportement:{alors ne leur dis point: «Fi!»}{et ne les brusque pas}, {mais adresse-leur des paroles respectueuses}

(17:23).

En fait, en donnant ces exemples il visait un certain verset coranique celui qui dit, {Attachez-vous tous fermement au pacte de Dieu, et ne vous divisez pas …} (3:103), les détails de cette règle générale viennent dans le verset que voici: {…Et obéissez à Allah et à Son messager; et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force. Et soyez endurants, car Allah est avec les endurants} (8:46). Il parcourut l'Andalousie pour expliquer cette règle générale et les versets qui l'expliquent et la détaillent. Il se rendit chez les sectes opposées pour leur expliquer que par leurs désaccords ils désobéissaient à une règle générale et fondamentale dans le livre d'Allah. Comme nous avons besoin d'un homme comme lui à l'heure actuelle! En fait, ils ne l'écoutèrent pas. Malgré tout, il passa sa vie jusqu'à sa mort s'efforçant de propager son idée.

L'imam At-Tartouchi

Cet homme pieux, était parmi les plus savants des ulémas andalous, il mémorisait le Coran,

menait une vie d'ascète et en même temps conservait son élégance et sa bonne apparence. Mais quel rapport y-a-t-il entre l'ascétisme et l'élégance? Il disait :''celui qui ne possède rien ne peut-être considéré comme ascète." Il fut parmi les premiers à traiter ce sujet. Pour posséder il faut réussir, l'ascète qui ne travaille pas et ne réussit pas est en fait un raté et non un ascète.

Ibn Al-Arabi

Il vécut à une époque où l'Andalousie connut de grands conflits, écrivit un livre intitulé Al-'Awasim min al-Qawasim (La protection contre les désastres). Le livre traita le sujet du conflit entre Ali et Mouayyia (Qu'Allah les agrée). Il expliqua les facteurs qui divise les gens et les guida vers la remède, il s'agit en fait d'un ouvrage formidable qui cherche à unifier les cœurs.

Ibn Abdelbar

Connu pour ses œuvres merveilleuses, il fut le premier à écrire un livre au sujet de (laylat al-qadr) ; la nuit de la destinée. Il avait remarqué l'absence de ferveur parmi musulmans andalous lors des dix derniers jours du Ramadan dont ils ignoraient les mérites. Il perçut l'importance de traiter ce sujet, et écrivit un livre pour expliquer que cette nuit bénie a une vertu spéciale. Il encouragea donc ses compatriotes à redoubler d'efforts dans leurs actes d'adoration.

Ibn Wafid

Il fut le premier en son temps à parler du respect de la femme en Andalousie. Il rappela à la nation islamique le grand rôle de la femme dans le service même de l'Islam en expliquant que le Coran, qui équivaut à la Constitution de la nation islamique, a été conservé dans la maison d'une femme, à savoir Hafsa (qu'Allah l'agrée ). Il compila tous les écrits concernant la contribution des femmes dans la préservation et la propagation de l'appel islamique. L'apport de la femme couvrit bien des domaines en effet. En médecine, nous pouvons citer Roufaydah. La première femme ministre était Al-ChifaabintAbdellah à l'époque de Omar Ibn al-Khattab. Ibn wafid se référa également aux versets coraniques qui parlent des mérites de la reine Balkis qui gouverna avec équité et justice.

Les gouverneurs furent fortement influencés par les idées de ce savant. Cela se traduisit effectivement par le fait que la femme occupa par la suite d'importantes fonctions en Andalousie. Ibn Hazm cita qu'une femme lui enseigna ses premières leçons de calligraphie. Mais hélas! Les droits de la femme n'ont pas été reconnus jusqu'à présent même par certains croyants, écrivains et intellectuels. La femme dans le monde arabo-islamique est opprimée, et parfois même au nom de la religion.

Ibn Wafid écrivit un ouvrage sur la médecine prophétique et la pharmacologie. Il était juriste et possédait en outre des connaissances qui lui permirent d'écrire au sujet de l'alimentation saine des ouvrages très intéressants auxquels la reine du Danemark eut recours dans son régime alimentaire personnel. Ses écrits variés sont un message à tous les ulémas et tous les musulmans. Le message principale dans son héritage se résume comme suit : Le savant musulman ne doit pas vivre isolé ou renfermé sur lui-même, mais il doit être bien informé et éduqué. Le savant peut être ingénieur, médecin, physicien, ou expert en éthique car la religion englobe tous les aspects de la vie.

Message aux savants et aux prêcheurs

Nous devons reconnaître quelque chose de très important, à savoir que la science doit d'abord prendre en considération les priorités et les besoins de la nation. La science doit avant tout servir l'unité nationale, l'unité et non les conflits. La science doit servir en même temps la coexistence le progrès et la réunification.

Traduit par : La Caravane Française – Dar al-Tarjama

AmrKhaled.net © جميع حقوق النشر محفوظة

Cet article peut être publié ou copié sous une forme inchangée pour des usages privés ou personnels, à condition de mentionner sa source d'origine. Tout autre usage de cet article sans une autorisation écrite préalable de la part de l'Administration du site est strictement interdit.

Pour plus d’informations :management@daraltarjama.com

---------------------------

The Story of Andalusia

Dr. Amr Khaled

Ep 20

Effects of the Fall of Toledo

The thunderous fall of Toledo caused a major shock to all Muslims in Andalusia; they were terrified that the other weak nations might fall as well, thus indicating the beginning of the end of the Islamic empire.

When King Alfonso got Toledo under his control, he started immediately to prepare his army to lay siege and invade Seville.

At that time, a new group of young people in Andalusia was formed, calling for unity. All the kings of the Taifas and Andalusia were moved by this call, so they started to respond to it, especially the ruler of Seville Al Mutamid Ibn Abass.

Muslims in Andalusia started to search for a solution that can save them from this horrible situation, and eventually they agreed to resort to the leader of Almoravid Dynasty in Morocco.

History of Almoravid Dynasty

In the Mauritanian desert there lived the Sanhaja, which was a simple pagan tribe. Although Islam spread in this region in the third year of Hijra, they were not honest in embracing Islam.

A Tunisian caller for Islam, Abdullah-Ibn Yassin, heard about this tribe, so he went to them calling them for Islam and the path of Allah (SWT) gently and wisely.

He kept exerting every effort calling them for Islam, but they refused several times, and eventually they severely beat and evicted him from their lands.

Abdullah-Ibn Yassin went to set up his tent at the Niger River, where he settled and decided to stay there until he were able to guide people to the path of Allah (SWT)1.

During that time, a group of young people regretted evicting Abdullah-Ibn Yassin from the tribe. Seven of them went and set their tents by his side, where they learnt Islam from him. In four years the number of these young people increased until they reached one thousand persons.

After the death of Abdullah-Ibn Yassin, Abu-Bakr Ibn Omar succeeded him, and then Almoravid Dynasty was established.

The pious man Abu-Bakr Ibn Omar chose a young man, Yusuf ibn Tashfin, to become the leader of Almoravid Dynasty.

Yusuf ibn Tashfin was a great politician, and he built the city of Marrakesh. He was given the title of "Al-Maghreb Unifier", as he succeeded in uniting Tunisia, Algeria and Morocco. He ruled for almost forty years.

Seeking Help of Yusuf ibn Tashfin and Preferring Public over Personal Interest

When Seville was under siege, Abu al-Walid al-Baji, a young caller for unity, appeared. He went to all the kings of Taifas, calling them to maintain their alliance. He then went to Seville, where he asked Al Mutamid Ibn Abass to unite with the others. Al Mutamid agreed to make amends for all his previous mistakes in Toledo.

Al Mutamid Ibn Abass decided to ask for the help of Yusuf ibn Tashfin, but his bad entourage advised him not to do, saying that if Yusuf ibn Tashfin had entered Seville he would have never left, and might turn Al Mutamid into a shepherd. However, Al Mutamid Ibn Abass replied saying, " I would rather become a camel shepherd than a pig shepherd". He expressed that he was torn between doubt and certainty: doubting that Yusuf ibn Tashfin would fulfill his promise, and being certain of king Alfonso's treason. However, he said he would be pleasing Allah (SWT) with his doubt, therefore, he would proceed and make amends for all his previous mistakes.

Thus, an official delegation went to Yusuf ibn Tashfin, who was seventy nine years old at that time. Although he was an seventy nine years old, he could change the history of Andalusia.

Yusuf ibn Tashfin moved with his ships from the same place where Tariq ibn Ziyad had previously moved. When he arrived to The Strait of Gibraltar he supplicated to Allah (SWT) saying, "O Allah! grant us the same victory You granted before to Tariq ibn Ziyad".

When the sea got restless he supplicated to Allah (SWT) saying, "O Allah! if You know that our trip is only for Your sake, please calm the wind. If it is not for Your sake, take us back to where we came from." The wind calmed, and he crossed the sea with his army saying," O Allah! You know I came to this country in my old age only to uphold Islam and Muslims. O Allah! please support me and grant me victory". Seville received Yusuf ibn Tashfin and his army with joy and happiness.

The Battle of Sagrajas also called Zalaca or Zallaqa (12 Rajab, 479)

Before the battle, King Alfonso sent a letter to Yusuf ibn Tashfin to determine the date of the battle. He said that Friday was a sacred day for Muslims, and Saturday was a sacred day for the Jews who formed a large number of their army, while Sunday was a sacred day for Christians. Thus, he said they wanted the battle to be on Monday.

As soon as Yusuf ibn Tashfin had read this letter, he knew that the battle would be a surprise on Friday. He ordered his army to get ready for the battle on Friday, which actually happened. The preparation of Yusuf ibn Tashfin's army caused confusion to Alfonso's army.

Yusuf ibn Tashfin divided his army into three squads. The first one consisted of 15000 soldiers, and was under the leadership of Al Mutamid Ibn Abass, followed by 4000 skilled archers behind it. As for the third squad, it consisted of 11000 soldiers who remained with him, and he placed himself at the rearguard of the army. He asked his soldiers to be patient as patience brings victory.

Yusuf ibn Tashfin's plan was to wear down Alfonso and his army through these two squads, and after the army got exhausted the third squad would accomplish victory.

Yusuf ibn Tashfin had brought camels with him to Andalusia, an animal that was strange to the Andalusian environment. He placed them in the front line of his army so that Alfonso's horses would get terrified of their sizes.

As for Al Mutamid Ibn Abass, he fought strongly, wishing to be a martyr. He changed and wanted to make for his previous mistakes. This is where we learn to give the sinner another chance instead of discarding him.

Muslims achieved a great victory. As for king Alfonso, he escaped. This battle was called Zalaca or Zallaqa or the slippery ground, because it took place on top of a high hill, where the great amount of shed blood caused the slipping of horses.

The Return of Yusuf ibn Tashfin

Yusuf ibn Tashfin returned to Morocco, leaving all the prizes of war behind him saying, "We do not seek neither rewards nor gratitude". His words spread among the soldiers and they repeated them with tears.

Yusuf ibn Tashfin succeeded in uniting people together, therefore his reward will be the companionship of the Prophet (SAWS)2 in paradise. Abu al-Walid al-Baji, the one who united the Taifas kings had a dream before the night of the battle, where he saw the Prophet (SAWS) saying that Muslims would achieve victory, and that he would be the Prophet's companion in paradise. Consequently, whoever unites people together will be rewarded with the companion of the Prophet in paradise, but whoever sows the seeds of discord among them will evoke the Prophet's anger.

Return of the Disagreements between the Kings of Taifas

Ten years later, the kings of Taifas got back to their old disagreements and the imposing of taxes, just when King Alfonso started to make his move against Andalusia.

Yusuf ibn Tashfin heard about this and commented, "We defended them for the sake of Islam and they do this?"

He moved his army to Andalusia against Alfonso forcing him to retreat. Yet, this time Yusuf ibn Tashfin gathered all the kings of Taifas and said, "We gave you a chance but you do not deserve to rule the Muslim nation".

He banished Al Mutamid Ibn Abass to Morocco, and placed Andalusia under the rule of Almoravid Dynasty, where it became for the first time a Moroccan province. This was a mistake committed by Yusuf ibn Tashfin, as no one after these events would turn to Almoravid Dynasty for help.

Al Mutamid Ibn Abass was humiliated by his exile. He became very poor, and his daughters worked in threading to sustain him.

Yusuf ibn Tashfin died at the age of 100 years old, after saving Andalusia twice.

Translated by: The English Convoy – Dar al-Tarjama

AmrKhaled.net © جميع حقوق النشر محفوظة

This Article may be published and duplicated freely for private purposes, as long as the original source is mentioned. For all other purposes you need to obtain the prior written approval of the website administration. For info: management@daraltarjama.com

__________________________________________________ ________________________

1 SWT = Suhanahu wa Ta'ala [Glorified and Exalted Be He].

2 Salla Allah alayhe Wa Salam [All Prayers and Peace of Allah be upon him]