الحقوق محفوظة لأصحابها

رمضان 1434

»

قصة الأندلس

»

12 - الفن في الأندلس


عمرو خالد
تركز الحلقة الثانية عشر من برنامج (قصة الأندلس) على الفن في الأندلس، فقد تجاوبت أسبانيا مع الفنون بشكل متوازن وراقي على يدي (عبد الرحمن الثاني) والذي نجح في توظيف الفن لارتقاء الأمة، ذلك القائد الورع المحب للفن، والتي تُعد فتره حكمه من أفضل فترات تاريخ الأندلس.

---------------------------------------

The Story of Andalusia

by Dr. Amr Khaled

Ep 12

Abdul-Rahman al-Awsat and arts

It was Abdul-Rahman al-Awsat who transmitted a great deal of arts and beauty to Europe. He was a religious man who knew Qur’an and hadith1 by heart and performed all his prayers in the mosque. Islam, indeed, is a pragmatic religion that respects all the needs of the human being: physical, mental, spiritual, and emotional. The Prophet (SAWS)2 used to have great regard for arts and artists. For instance, he listened to Zuhair Ibn-Abu-Umayyah’s poem Banat Su'ad, which was not a religious poem, and called him "the Poet" when he met him which made this latter very happy. Also, when the Prophet (SAWS) arrived in Madinah and al-Ansar (The Supporters) welcomed him by singing Tala’a al-Badr ‘Alayna; he did not disapprove of their act; on the contrary, he looked quite happy. Moreover, he used to encourage Hassaan Ibn-Thabit when he confronted Quraysh with his poetry, and used to say, “some poetry is wisdom”.

Islam has a lot of consideration for arts, and those who say that Islam is against arts are mistaken! Indeed Islam advocates the particular forms of art that elevate the human soul, and is against all what spoils it. This is what made Abdul-Rahman al-Awsat believe that arts will benefit the ummah (Muslim nation). Therefore, he started welcoming artists and encouraged them to come to Andalusia, which soon became a rendezvous for artists with many institutes meant to sponsor them.

Ziryab, the international Muslim artist

Abul-Hassan Ibn-Ali Ibn-Nafe’, commonly known as Ziryab (meaning a beautiful bird with a beautiful voice) was of Kurdish descent. He lived in Baghdad during the reign of Harun ar-Rasheed. He was a composer and a singer and his songs were known to be very uplifting. His teacher was Abu-Ishaq al-Mawsili, but soon the student outperformed the teacher. Harun Ar-Rasheed was dazzled by such a great musician who also knew thousands of poems by heart.

Ziryab’s trip to Andalusia

Ziryab’s teacher was jealous of him and started conspiring against him in order to put him into jail; as a result, Ziryab fled to Tunisia and from there decided to go to Andalusia. When Abdul-Rahman al-Awsat knew he was there, he sent for him. Abdul-Rahman al-Awsat asked him to sing in order to decide whether his music would spoil or uplift Muslims in Andalusia. He was highly impressed by Ziryab's performance and told him to ask for whatever he wanted. Ziryab, told him about his wish to establish a music institute to teach people music. That was the first music institute in the world.

The ingenuity of Ziryab

Ziryab was behind the creation of a new Andalusian musical genre, muwashshahat. He created new maqamat (melodic modes) and improved the oud by changing the four strings into five and by using an eagle’s feather as a pick, which resulted in a better sound quality. Abdul-Rahman al-Awsat sent Ziryab to Europe as an embassador of the Arabo-Islamic culture. There, he soon became known as the best musician. He, also, created what is now called fashion houses, where he designed clothes for summer and others for winter. It was even him who came up with the idea of the "menu", which is used now in every restaurant around the world; he even wrote a book about the Andalusian cuisine. In addition, he founded a new art, which is that of "treating women" and established a school for that. He made some women specialize in Arabic calligraphy and teach it to other women, who then worked in the divan and some even became secretaries of the sultan.

Arts are a means for coexistence

Abdul-Rahman al-Awsat believed that arts were a means for coexistence; therefore, he used them to draw cultures together. He established institutes for arabesque and calligraphy, which gave birth to numerous artists, painters, and calligraphers. These participated in the flourishing of there respective arts. Al-Hambra Palace still stands as witness of all this. There, you can see entire poems and Qur'anic verses inscribed on the walls in beautiful Arabic calligraphy. Abdul-Rahman al-Awsat used to invite embassadors from all over the world to observe the Islamic arts, and European artists often became inspired there. He connected with the whole world through culture and arts. Muslims should learn how arts can serve their society and culture.

The importance of culture

Abdul-Rahman al-Awsat was quite a balanced man, which made him go even to farther extents. He realized that all what he had achieved was worthless if he did not focus on education. He believed that a nation without knowledge is brainless, and therefore, established a house for writing and for books in his own palace, where he brought calligraphers to inscribe the Qur’an and other books. He also esblished a library with 400 books which he used to carry on camels wherever he traveled in order to spread knowledge among people. Notions changed, and the value of a person depended on the number of books he had rather than money. There was a 95% illiteracy rate in Europe at that time, and those who wanted to become educated came to Andalusia.

Where are we from all this? We have to be creative, so that our ummah may flourish again and restore this past magnificence!

Translated by: The English Convoy – Dar al-Tarjama

AmrKhaled.net © جميع حقوق النشر محفوظة

This Article may be published and duplicated freely for private purposes, as long as the original source is mentioned. For all other purposes you need to obtain the prior written approval of the website administration. For info: management@daraltarjama.com

__________________________________________________ ___________________________

1 The Prophet’s actual sayings or actions as narrated by his companions

2 Salla Allah alayhe Wa Salam [All Prayers and Blessings of Allah be upon him]

--------------------------------------------

{L’histoire de l’Andalousie}

Episode 12 : Les Arts à l’Andalousie

Au nom d'Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux ; Louange à Allah Seigneur de l'Univers ; et que la Bénédiction et la Paix soient accordées à notre maître, le Messager d’Allah. Dans l’épisode précédent, nous avons vu que Abdel Rahman II a transporté les valeurs de la splendeur et le goût pour le beau, bref toute une civilisation esthétique à l’Europe. Dans le domaine des arts, il n’était pas moins agissant. Il a indéniablement favorisé l’élan des arts pendant son époque. Il est à noter que ce souverain pieux, adorateur, mémorisant le Coran et les hadiths du Prophète a su concilier entre la foi et les arts. En fait, L’Islam est une religion réaliste qui touche la raison de l’homme comme ses sentiments et son âme, et qui est censée satisfaire tous les besoins humains.

L’estimation des arts dans l’Islam

Le Prophète (Paix et bénédiction sur lui) a prisé les arts et les artistes. Il a chaleureusement accueilli le poète Zohair Ibn Abou Omayya qui fut tant ému quand le prophète l’a nommé par « Le Poète ! ». Le Messager d’Allah a écouté son poème « Banat Souad» qu’il avait créé même avant l’apparition de l’Islam. Lors de son émigration, le Prophète (PB sur lui) fut reçu des Ansars par une chanson « La pleine Lune nous apparaît » et le prophète apprécia leur acte. Sans oublier qu’il a encouragé le poète Hassan Ibn Thabit affrontant Qouraîch par sa poésie en lui disant: « Récite la poésie, ô Hassan, et Le Saint esprit (Gabriel) te fortifie » Le Prophète a également remarqué que «Il est de la poésie qui renferme de la sagesse ».

Loin de s’opposer aux arts, l’Islam y a imposé une seule condition : la sensibilité aux arts doit mener non à la détérioration de la nature humaine mais à son raffinement. Notre religion repousse, en fait, tout ce qui corrompt l’être humain et lui fait perdre son ardeur.

Abdel Rahman II a pu voir dans l’Art un bénéfice pour la nation qui mène alors à son éclat et à son épanouissement.

Il a encouragé les artistes à se rendre à l’Andalousie en édifiant les instituts qui enseignaient les arts si bien que ce pays est devenu le centre des arts dans le monde islamique.

Ziryab musicien, poète de génie et maître de l’élégance :

Parmi les artistes musulmans les plus illustres qui ont marqué l’itinéraire des arts à l’Andalousie comme dans le monde entier, Ziryab ou Abu Al-Hassan Ali ben Nafi qui est l'un des principaux fondateurs mondiaux de la musique. D’origine Kurde, Il fut présenté à la cour du Calife Haroun al-Rachid par son maître, Ishaq al-Mawsili à Bagdad en 822. Appelé « le merle noir », il excella en tant que chanteur et compositeur et mémorisa des milliers de poèmes. Ses talents faisaient preuve d’une subtilité et d’une finesse qui sont à même de raffiner les goûts et les âmes. Son prestige a vite dépassé celui de son maître qui, succombant à la jalousie, a commencé à tramer les complots contre lui. Préférant l’exil, Ziryab quitta Bagdad vers la Tunisie, puis vers

l’Andalousie pour fuir l’autorité de Haroun al-Rachid. Il envoya au calife Abdel Rahman II. Son messager étant mort, ce fut l’Emir lui même qui convoqua Ziryab avant qu’il perde l’espoir et décide de retourner en Afrique. Sa voix d’or et ses mélodies fines ont séduit le calife croyant qui l’accueillit princièrement et lui assigna un grand salaire mensuel.

Il commença par fonder une école de musique, premier institut de l’enseignement de la musique au monde. Il mit au point des techniques poétiques et vocales tel les muwashahs andalous ainsi que des nouvelles notes en musique. Il améliora le oud (le luth arabe) en lui ajoutant une cinquième corde et développa le jeu au plectre en introduisant la plume de l’aigle. Il eut aussi à son actif l’invention de l’orchestre.

Mais Ziryab se révéla aussi un arbitre de l’élégance. Bien avant l’Italie ou la France, Il fut le premier à introduire les maisons de couture, Il révolutionna les modes vestimentaires en imposant à la cour les vêtements d’hiver et ceux d’été. En plus, il créa l’art de la gastronomie et inventa un ordre protocolaire pour l’ordonnance des mets. Il a même rédigé un livre « la cuisine andalouse » sur la nourriture saine qui fut requis par la reine de l’Angleterre.

Par ses talents multiples, Ziryab, artiste de génie, fut alors nommé ambassadeur de la culture arabe et islamique en Europe et au monde entier. Il est vrai que le monde nous doit une abondante grâce pour toutes ces inventions majeures.

Abdel Rahman II et les arts décoratifs

A vrai dire, le génie du calife Abdel Rahman II a eu une influence notable sur l’Histoire des arts en Europe. Loin de voir en l’Art un étalage de luxe, Il le conçoit comme un moyen de coexistence et de rapprochement entre les peuples aussi bien qu’une méthode d’éducation et de raffinement des âmes. C’est pourquoi il créa des instituts des arts décoratifs arabes et islamiques, d’autres de la calligraphie, qui ont généré des milliers des artistes doués. l’Alhambra « Qasr al Hamra » c'est-à-dire « le château rouge», le Généralife (Jannat al-Arif signifiant en arabe : « le Paradis - ou le jardin - de l'architecte », ces monuments superbes de l'architecture islamique bien qu’ils ne soient pas construits du vivant du Abdel Rahman II, témoignaient de ses efforts préliminaires. l’Alhambra s’étendant sur trente arpents est l’œuvre splendide et d’avant-garde de ces artistes à base des trois composantes des arts d’Islam : la poésie qui est reproduite sur les constructions, la calligraphe enregistrant les versets coraniques ainsi que d'autres inscriptions, et les motifs décoratifs.

En outre, Abdel Rahman II fut innovateur en créant une école de l’art du traitement des femmes. Celles-ci furent, à cette époque, concernées par l’épigraphie. Notons les plus célèbres calligraphes féminines au bureau du calife : Lubna, Aicha et Kalam.

Il est vrai que les Arts, à ce moment, ont connu un essor spectaculaire sous l’ombrage de l’Islam, le slogan « Seul Allah est Vainqueur » étant le leitmotiv qui impulsa tous ces édifices prestigieux. Abdel Rahman II a ensuite investi toutes ces réussites pour tenir de solides relations extérieures. Il a édifié une grande salle où les ambassadeurs de par le monde étaient accueillis pour contempler les Arts islamiques. Les plus illustres des artistes européens ont reconnus qu’ils ont été inspirés par L’Alhambra, œuvre maîtresse par ses motifs décoratifs, ses haies et ses bassins intérieurs. De nos jours, on doit apprendre du calife Abdel Rahman II comment il a rendu l’art au service de l’Islam et de l’établissement de la civilisation.

Cet Emir était vraiment un génie et un homme équilibré, il a sensibilisé sa nation « Uma » aux arts et aux valeurs esthétiques pour être productrice et il l’a engagée aussi à aimer lire pour être cultivée et instruite. « Une nation qui manque de culture est une nation qui manque de traits caractéristiques » c’est le slogan qu’il a diffusé et l’a premièrement appliqué lui-même. Dans son palais, il a fondé une maison de l’écriture où il a invité les scribes à transcrire leurs manuscrits. Sa bibliothèque renferma alors 400 mille tomes. Depuis lors, des places ont été consacrées pour les scribes dans L’Alhambra pour calligraphier les versets coraniques et les autres ouvrages. Il va même jusqu’à porter ses livres en voyageant, trente chameaux en sont chargés pendant ses excursions.

Par ces démarches, il a propagé l’attachement aux bibliothèques si bien qu’à cette époque, le mérite de l’homme dans la société était estimé par le nombre de livres que regroupait sa bibliothèque. Et les Européens de se rendre à l’Andalousie pour s’instruire et fuir l’analphabétisme dont le taux s’élevait à 95%.

J’ouvre ici une parenthèse pour vous demander combien d’ouvrages lisez-vous par an pour ne pas dire par mois ? Ou bien faut-il se rendre à l'évidence qu' à l’époque contemporaine, le mérite de l’homme est évalué par ses richesses et ses biens accumulés ? Après avoir saisi l’épanouissement des différents arts des musulmans à l’époque prospère d’Abdel Rahman II, je fais appel à nos artistes, écrivains, poètes pour innover des œuvres qui aboutissent à la renaissance de nos pays.

Traduit par : La Caravane Française – Dar al-Tarjama

AmrKhaled.net © جميع حقوق النشر محفوظة

Cet article peut être publié ou copié sous une forme inchangée pour des usages privés ou personnels, à condition de mentionner sa source d'origine. Tout autre usage de cet article sans une autorisation écrite préalable de la part de l'Administration du site est strictement interdit.

Pour plus d’informations : management@daraltarjama.com