الحقوق محفوظة لأصحابها

رمضان 1434

»

قصة الأندلس

»

02 - موسى بن نصير


عمرو خالد
تدور الحلقة الثانية من برنامج قصة الأندلس حول سيرة موسى بن نصير الذي يُعتبر هو المؤسس والمثبت الحقيقي للإسلام في شمال أفريقيا، ويُعد واحداً من أشهر قادة المسلمين، فهو فاتح الأندلس وصقلية، كما أنه من أنهى الوجود الروماني في شمال أفريقيا، فلا يكاد تجد مدينة عربية إلا بها ميدان أو شارع باسمه.. فمن هو هذا القائد العظيم؟!

-------------------------------------------------------

{L’histoire de l’Andalousie}

pisode 2 : Moussa ibn Noussayr

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Louanges à Allah Seigneur de l’univers. Bienvenue dans un nouvel épisode tourné dans un de ces paysages fabuleux qui parsèment notre émission. Nous sommes aujourd’hui sur le littoral de l’Afrique du Nord, à trente km de l’Andalousie, (une heure à bord d’un ferry). Derrière moi, de loin, vous pourrez remarquer les montagnes de l’Espagne.

Hier, nous avons vu comment ‘Uqba ibn Nâfi‘ a conquis en 7 mois, l’Afrique du Nord jusqu’à Tanger, passant par Barqa, Tripoli, la Tunisie où il fonda la ville de Kairouan, Tlemcen en Algérie et le Maroc jusqu’aux côtes de la Méditerranée. Ces villes, vite conquises, furent cependant reprises de nouveau des musulmans parce que `Uqba qui fut avant tout un combattant militaire, ne savait pas comment traiter les Amazighs et les berbères, la population autochtone dans ces régions ; comme il n’accordait pas trop d’importance au lien inextricable entre la communication avec les peuples conquis et la préservation du succès militaire. `Uqba décéda en l’an 62 de l’Hégire, âgé de 62 ans après une vie entièrement vouée au service de Son Seigneur. Après sa mort, les Romains, soutenus par les Berbères récupérèrent toute l’Afrique du Nord. Il est vrai que certaines tribus berbères embrassèrent l’Islam, mais d’autres aussi s’apostasièrent et le résultat fut que toute l’Afrique du Nord se trouva encore une fois entre les mains des Romains.

Les musulmans n’eurent plus sous leur contrôle que l’Égypte et Barqa. Il est cependant faux de croire que les efforts des musulmans pour conquérir l’Afrique du Nord furent en vain car l’Histoire ne s’écrit pas une seule fois, mais c’est un processus progressif. Les erreurs de `Uqba servirent de leçon au nouvel héros qui devrait reconquérir l’Afrique du Nord et irait même jusqu’à l’Andalousie : Moussa ibn Noussayr.

Moussa ibn Noussayr naquit en l’an 19 de l’Hégire dans un village nommé Kafr Mitri (ou Kafr Metra) à Hébron en Palestine. (Notons que le conquérant de l’Andalousie est originaire de la Palestine et les musulmans perdirent les deux pays. La Palestine et l’Andalousie seraient-elles à pleurer par les musulmans comme le père de Joseph le fit quand il perdit son fils ?)

Le père de Moussa n’est pas originaire de la Palestine, mais de la Perse, de la célèbre forteresse `Ayn e-Tamr conquise par Khalid Ibn Al Walid. Ce dernier trouva dans la forteresse quarante des génies de la Perse parmi lesquels Sirin (père de Ibn Sirin, le grand savant célèbre pour l’interprétation des rêves) et Noussayr (père de Moussa). Ils furent conduits à Médine où Abou Bakr les traita bien ce qui mena Noussayr à embrasser l’Islam et à apprendre plus tard à son fils que nonobstant la conquête militaire entreprise par Khalid, ce qui importe, c’est le bon traitement qu’il expérimenta avec Abou Bakr et qui le poussa à se convertir à l’Islam. Une remarque qui profita plus tard à Moussa dans ses relations avec les Amazighs durant ses conquêtes de l’Afrique du Nord.

À 7 ans, Moussa avait déjà étudié le Coran. Ses parents firent partie de l’armée de Yarmouk car `Omar Ibn Al Khattab n’éliminait pas les gens qui venaient d’embrasser d’Islam mais sollicitait leurs services comme tous les autres musulmans. Une autre leçon qui apprit à Moussa qu’il ne saurait conquérir l’Afrique du Nord sans se servir des Amazighs. Ces derniers sont, à leur tour, la voie principale pour la conquête de l’Andalousie.

Alors que Noussayr vivait en Palestine, il reçut un jour une lettre de convocation de la part de Mou`aweya Ibn Abou Sofyan, gouverneur de la Syrie (A-Sham) nommant Noussayr chef de son armée de garde. Mou`aweya voulait passer au peuple de la Syrie le message selon lequel il ne convoquerait pas un chef de Médine pour son armée, mais un des leurs. Cet acte apprit aussi à Moussa qu’une fois une ville conquise, il serait mieux de recourir au peuple de cette ville dans les différents services, ce qui le mena plus tard à compter sur les services de Tariq Ibn Zyad et ensuite à le nommer gouverneur de Tanger.

Toutes ces leçons furent importantes à Moussa Ibn Noussayr et lui permirent de combler les lacunes oubliées jadis par `Uqba. Ceci nous montre l’importance de l’apprentissage qu’on pourvoie à nos enfants et qui conditionne leur futur.

Jeune, Moussa écoutait les histoires héroïques de Khalid Ibn al Walid que lui racontait son père qui l’emmenait aussi au palais de Mou`aweya, ce qui permit au jeune Moussa d’établir un parallèle entre la vie militaire de Khalid et celle politique de Mou`aweya avant de se pencher sur la vie militaire à l’exemple de Khalid. En effectuant ce choix pour son avenir, il ne savait pas qu’un jour, lorsqu’il conquerrait l’Espagne, il serait comme Khalid qui avait jadis conquis Al Yarmouk.

Le rêve n’est pas celui qu’on voit pendant le sommeil, mais celui avec lequel on vit. Le rêve du sommeil a une fin, mais le rêve de l’éveil grandit avec l’individu jusqu’à sa réalisation.

Le père de Moussa parlait de Khalid à son fils qui l’interrogea sur la leçon la plus importante qu’il avait apprise de lui et le père lui répondit que c’est la sincérité. En fait, lorsque `Omar Ibn Khattab destitua Khalid du commandement de l’armée, Khalid dit sa célèbre phrase : « Je conquis la Syrie (A-Sham) pour Allah et non pour `Omar ». Une phrase qui résonna dans les oreilles du jeune Moussa et lui apprit la sincérité, ce qui le poussa à nommer plus tard Tariq Ibn Zyad en tête de l’armée acceptant que la montagne conquise prenne le prénom de Tariq et non son propre prénom.

Devenu calife des musulmans, Mou`aweya ibn Abou Sofyan décida de construire une grande flotte maritime que rejoignit Moussa qui fut le premier de la première promotion des musulmans ayant appris à Tripoli au Liban à combattre dans une artillerie navale. Attiré par l’audace de ce jeune Moussa, Mou`aweya, apprenant qu’il était le fils du chef de son armée de garde, décida de le nommer chef de la flotte musulmane alors qu’il n’était âgé que de 28 ans. Moussa Ibn Noussayr réussit à cet âge à conquérir Chypre. Ceci prouve l’importance de nommer les jeunes dans les grands postes et de leur conférer les grandes responsabilités pour les motiver à poursuivre leurs rêves et réussir dans la vie.

Suite à certains événements, Moussa entra en conflit avec Abdullah Ibn az-Zobayr et fut ensuite destitué de son poste pendant 10 ans. Pendant ces années, Moussa se mit à étudier les cartes et le nombre de la population du Maghreb, qu’il désirait conquérir conformément à son grand rêve qu’il ne délaissa jamais et qu’il ne réalisa qu’à l’âge de 80 ans environ.

Après dix ans, le gouverneur de l’Égypte en ce temps, Abdel Aziz Ibn Marwan, père de `Omar Ibn Abdel Aziz, attristé de la perte de l’Afrique du Nord déjà conquise par `Uqba, demanda au calife Abdel Malek de désigner Moussa Ibn Noussayr pour reconquérir l’Afrique du Nord. Une demande qu’accepta Abdel Malek qui autorisa Moussa à reprendre ses fonctions. Celui-ci commença à étudier les raisons de la perte de cette région après `Uqba en cherchant des moyens pour éviter de tomber dans les erreurs du passé et de bien conquérir le Maghreb.

Nous passerons dans la deuxième partie de notre épisode à l’autre côté de la mer, à Tolède pour voir quelle fut la situation en Espagne en ce temps.

Nous sommes maintenant devant les portes de Tolède au centre de l’Espagne. Tolède est une grande ville dans l’Histoire parce qu’elle fut pendant de longs siècles la capitale de cette région. C’est une ville bien fortifiée et difficile à atteindre.

Mais d’abord quelle fut la situation en Europe, quelle fut la situation en Espagne et d’où vient le nom de l’Andalousie ?

Pour décrire la situation en Europe dans cette période, on a droit à utiliser tout le lexique du désastre. Ignorance, chaos, injustice, perturbation, analphabétisme, guerres, conflits, etc. sont les mots clés qui décrivent la situation en Europe qui fut pire que la situation actuelle dans les endroits les plus endommagés de la planète. Un historien anglais décrivant cette situation souligna comment la science n’avait aucune valeur et comment les livres furent jetés pour laisser la place à une écurie ou un endroit pour les esclaves ; la femme fut considérée comme un diable ou comme une créature qui n’a pas une âme humaine au point que les hommes de religion ne pouvaient pas communiquer avec la femme car elle représentait le diable.

L’Espagne, quant à elle, fut d’abord nommée la péninsule ibérique (le nom d’Iberia fut gardée jusqu’à nos jours par la compagnie aérienne espagnole). En effet, elle est entourée de la Méditerranée et de l’Océan atlantique de trois côtés et n’est liée à l’Europe qu’à travers ses frontières avec la France. Un emplacement stratégique qui en fit le point de contact de l’Europe avec le reste du monde et c’est pourquoi, elle ne fut jamais gouvernée par ses autochtones, mais par les Romains ensuite les Vandales. Les vandales sont un peuple germanique originaire de Scandinavie ; ils s’installèrent en Espagne pendant 300 ans avant d’en être expulsés par les Wisigoths, d’origine germanique aussi, qui gouvernèrent à leur tour l’Espagne pendant 200 ans. Ils furent d’abord installés à Rome avant de partir pour la péninsule ibérique où ils demeurèrent jusqu’à l’arrivée des musulmans. Les Wisigoths qui furent chrétiens persécutèrent fortement les espagnols autochtones et notamment les juifs. Ils préservèrent Tolède comme capitale.

D’où vient alors l’appellation de l’Andalousie ? Le terme Andalousie a pour origine le terme « Vandales » qui se transforma en « Vandalasia » puis « Andalusia » puis enfin Andalousie (Al Andalus). Le nom de l’Andalousie n’est donc pas un nom islamique comme beaucoup le croient, mais c’est le nom de la ville « le pays des vandales » qui fut adopté par les musulmans. Ceux-ci ne visaient nullement en pénétrant dans un pays de changer sa nature, de le déformer ou de le démolir, ne fût-ce qu’au niveau du nom. Je me sens particulièrement touché quand je vois que le Prophète (Bénédictions et paix sur lui) lorsqu’il partit à Médine qui portait le nom de Yathrib (un ancien nom religieux chez les Arabes), lui accorda le nom de « Al Madinah » (La cité), comme signe de civilisation. Les musulmans n’ont donc pas changé le nom de l’Andalousie pour un nom islamique ou autre.

Mais pourquoi les musulmans sont-ils entrés en Andalousie ?

1- Insistons d’abord sur le fait que l’agression est illicite en Islam et il est dit dans le Coran : « Combattez dans le sentier d’Allah ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes, Allah n’aime pas les transgresseurs ! » (TSC, La Vache (Al Baqarah) : 190)

De grands savants comme Ibn Taymiyyah affirmèrent que ce verset est celui qui régit les codes du Djihad contre les non musulmans.

2- Le territoire de l’Espagne ne fut jamais un territoire libre. Les musulmans ne l’ont pas pris de ses habitants originaux, mais le territoire fut sous la domination des Romains puis des Vandales et ensuite des Wisigoths.

3- Ce territoire souffrait d’une injustice et persécution inédites, et les musulmans, portant un message, avaient considéré leur entrée en Espagne comme un soutien aux opprimés. Cela se conforme aux théories enseignées actuellement dans les sciences politiques qui stipulent que n’importe quelle grande puissance dans le monde qui porte le flambeau des valeurs et qui trouve des peuples souffrir d’injustices ou privés des droits de l’homme, est dans l’obligation d’intervenir pour protéger ces peuples et les libérer de l’injustice. Ceci est pratiqué actuellement dans les pays musulmans quoique sous une autre forme d’injustice qui ne nous concerne pas pour le moment.

Les musulmans agirent donc en fonction de ce principe. Ils avaient un message et voyaient que l’injustice était énorme dans ce pays au point que certains chefs wisigoths demandaient parfois secours aux musulmans pour les aider face à cette injustice. Les musulmans peuvent même être considérés comme libérateurs des autochtones espagnols.

Nous pouvons être d’accord ou non avec ce point de vue car finalement l’Histoire n’a pas une seule version et l’Autre (occidental) peut voir les musulmans comme des occupants ou des agresseurs, mais ce qui est certain c’est que les musulmans, après avoir conquis l’Andalousie, y firent régner l’esprit de tolérance et de miséricorde comme en témoignent les historiens occidentaux. Aussi, les musulmans ont construit une grande civilisation universelle qui avait guidé l’Europe des ténèbres vers les Lumières et ont été ainsi à la base de la grande civilisation occidentale actuelle.

Dernier point : personne ne peut arguer maintenant que l’Andalousie est à reconquérir car c’est insensé. Les musulmans d’antan l’ont fait car il n’y avait pas d’autres moyens pour faire parvenir le message de l’Islam à ces peuples, mais actuellement les voies sont multiples à commencer par l’Internet et jusque les mosquées présentes en Occident.

Demain nous aurons un épisode extraordinaire avec Tariq Ibn Zyad et Moussa Ibn Noussayr et les préparatifs pour la conquête de l’Andalousie dont nous saurons les détails dans le prochain épisode.

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d’Alla soient sur vous.

Traduit par : La Caravane Française – Dar al-Tarjama

AmrKhaled.net © جميع حقوق النشر محفوظة

Cet article peut être publié ou copié sous une forme inchangée pour des usages privés ou personnels, à condition de mentionner sa source d'origine. Tout autre usage de cet article sans une autorisation écrite préalable de la part de l'Administration du site est strictement interdit.

Pour plus d’informations : management@daraltarjama.com